Le Procureur de la CPI demande l’ouverture d’une enquête au Kenya

Le Procureur de la CPI demande l’ouverture d’une enquête au Kenya

Le 26 novembre 2009, le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo a demandé à la Chambre préliminaire II l’autorisation d’ouvrir une enquête sur les crimes qui auraient été commis au Kenya dans le cadre des violences postélectorales de 2007-2008. Les juges de la Chambre préliminaire II devront déterminer s’il existe ou non une base raisonnable justifiant l’ouverture d’une enquête et si la situation relève de la compétence de la Cour.

Le Kenya a signé et ratifié le Statut de Rome de la CPI et est donc État partie à la CPI. En devenant un État partie, le Kenya a accepté la compétence de la Cour sur les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et le génocide commis sur son territoire ou par l’un de ses ressortissants, ouvrant ainsi la voie à une enquête du Procureur sur des actes qui ne font pas l’objet d’enquêtes ou de poursuites par les autorités nationales.

Cette situation est la première pour laquelle le Procureur de la CPI cherche à ouvrir une enquête proprio motu, c’est-à-dire de sa propre initiative conformément à l’article 15 du Statut de Rome. En effet, les autres situations actuellement en cours devant la Cour ont été déférées au Procureur par des États parties ou par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Pour que la Cour ouvre une enquête, la situation doit lui avoir été déférée par un État partie, le Conseil de sécurité de l’ONU ou ouverte par le Procureur lui-même, après autorisation des juges.

« Étant données l’incapacité du gouvernement à créer un tribunal spécial pour le Kenya et la faiblesse du système judiciaire national, le Procureur de la CPI a tout à fait raison de demander l’ouverture d’une enquête sur les violences postélectorales au Kenya », a affirmé James Gondi, Responsable de programme à la Commission internationale des juristes-Kenya (ICJ-Kenya), avant d’ajouter « nous nous réjouissons de la demande déposée aujourd’hui puisqu’elle constitue un fort signe d’espoir pour les victimes que la justice sera faite au Kenya ».

« Nous appelons aujourd’hui la Cour à développer un plan de sensibilisation et de communication clair pour expliquer le rôle de la CPI au Kenya et pour ouvrir le dialogue avec les communautés affectées le plus rapidement possible », a déclaré Stephen Lamony, Officier de Liaison pour l’Afrique et Conseiller sur les pays en situation de la Coalition pour la Cour pénale internationale. « Dans ce processus, la Cour devrait consulter la société civile locale et les médias pour concevoir des stratégies de communication adaptées à la situation au Kenya » a-t-il ajouté.

Le 16 juillet 2009, le Procureur avait reçu six cartons contenant des documents et des pièces à charge rassemblés par la Commission Waki, une commission d’enquête internationale créée par le gouvernement kenyan pour enquêter sur les violences qui ont éclatées entre décembre 2007 et février 2008, suite aux élections présidentielles. Parmi les pièces se trouvait une enveloppe scellée contenant une liste de suspects identifiés par la Commission Waki comme étant responsables des violences.

Le Procureur a également reçu de la part des autorités kenyanes des informations relatives aux mesures de protection des témoins et à l’état d’avancement de la procédure ouverte par les autorités nationales. Jusque-là, les initiatives pour poursuivre les responsables des violences postélectorales ont abouti à la création d’une Commission Vérité, Justice et Réconciliation et à des débats au sein du gouvernement pour l’utilisation de l’appareil judiciaire commun à la place de la création d’un tribunal spécial tel que le conseillait la Commission Waki. Les amendements constitutionnels qui auraient permis de créer un tribunal spécial n’ont pas fait l’objet du consensus requis au Parlement, ce qui a empêché le gouvernement de lancer les poursuites avant la date limite de fin septembre 2009, date choisie conjointement par le Procureur de la CPI et la délégation du gouvernement kenyan qui s’est rendue à la CPI le 3 juillet 2009.

Le Procureur a plaidé pour une « stratégie basée sur trois axes » qui impliquerait l’ouverture de poursuites devant la CPI à l’encontre des principaux responsables, associées à la mise en œuvre de procédures nationales, définies par le Parlement kenyan, pour juger les autres responsables de ces violences ainsi que la mise en place d’autres réformes et mécanismes, comme la création d’une Commission Vérité, Justice et Réconciliation.

date de publication : 26 novembre 2009

Ressources thématiques

Lettre d’information

Retrouvez l’actualité de la CPI, les actions conduites par la CFCPI, des interviews, des événements... s'inscrire à la lettre

Juger enfin en France les auteurs de crimes internationaux

La CFCPI proteste contre le projet de loi voté au Sénat en juin 2008 et formule des recommandations. lire la suite

La CNCDH rend un avis sur la loi portant adaptation du droit pénal à l’institution de la CPI

La Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) a rendu un avis en novembre 2008 sur la loi portant adaptation du droit pénal à l’institution de la CPI qui reprend les recommandations de la CFCPI. lire la suite

La CPI délivre un mandat d’arrêt à l’encontre du Président soudanais Omar Al Bashir

La décision de la Chambre préliminaire I au sujet du président soudanais Omar El-Béchir a été annoncée lors d’une conférence de presse. lire la suite

Confirmation des charges de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre à l’encontre de Jean-Pierre Bemba

Le 15 juin 2009, la Chambre préliminaire II de la CPI a confirmé des charges de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre à l’encontre de Jean-Pierre Bemba Gombo, envoyant ainsi son affaire au procès. Les crimes allégués auraient été commis en République centrafricaine (RCA) du 26 octobre 2002 au 15 Mars 2003. lire la suite

La CEDH consacre le principe de la compétence universelle

Le 30 mars 2009, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a consacré le principe de la compétence universelle dans un arrêt rendu à la suite d’une requête de Ely Ould Dah déposée en 2003 contre son jugement (et sa condamnation) devant les tribunaux français en application de la loi française et non mauritanienne. lire la suite

Déclaration des leaders africains sur la situation au Soudan

Le 25 juin 2009, les chefs d’Etat africains ont convenu de discuter du rôle de la CPI au Darfour à l’occasion du Sommet de l’Union Africaine (UA), du 1er au 3 juillet prochain. Des personnalités africaines – dont les Prix Nobel de la Paix Wangari Maathai et Desmond Tutu - ont adressés une lettre ouverte aux dirigeants des pays de l’UA, les exhortant à soutenir le travail de la CPI au Soudan. lire la suite

Nicolas Sarkozy interpellé par le Président de la Conférence des Eglises Européennes

Le Président de la Conférence des Eglises Européennes (KEK), le pasteur Jean-Arnold de Clermont interpelle publiquement le Président de la République sur le projet de loi d’adaptation du droit pénal français à l’institution de la Cour pénale internationale qui doit être prochainement débattu à l’Assemblée nationale. Il dénonce un texte, qui rendrait impossible la poursuite en France des auteurs présumés de crimes internationaux (génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité). lire la suite

Assemblée Nationale : La Commission des Affaires étrangères se prononce en faveur de la compétence universelle

La Coalition française pour la Cour pénale internationale (CFCPI) se réjouit de l’adoption à l’unanimité, le 8 juillet, par la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, de plusieurs améliorations au projet de loi portant adaptation du droit pénal à l’institution de la Cour pénale internationale (CPI). lire la suite

Le projet de loi portant adaptation du droit pénal à l’institution de la CPI devant les commissions parlementaires

Plus de neuf ans après la ratification du Statut de Rome par la France le 9 juin 2000, aucune loi n���est encore venue mettre en conformité le droit pénal français avec le Statut de la Cour pénale internationale (CPI). Pour mettre fin à cette lacune, un projet de loi portant adaptation du droit pénal à l’institution de la CPI donne lieu depuis le mois de juin à des auditions devant les commissions parlementaires. lire la suite

Ouverture du procès à l’encontre de Germain Katanga et Mathieu Ngudjolo Chui le 24 novembre 2009

Le procès dans l’affaire Le Procureur c. Germain Katanga et Mathieu Ngudjolo Chui, qui s’ouvre le mardi 24 novembre 2009, devant la Chambre de première instance II de la Cour pénale internationale (CPI), est le deuxième procès dans le cadre de la situation en République démocratique du Congo (RDC), référée à la Cour par le gouvernement de la RDC le 3 mars 2004. lire la suite

Le Procureur de la CPI demande l’ouverture d’une enquête au Kenya

Le 26 novembre 2009, le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo a demandé à la Chambre préliminaire II l’autorisation d’ouvrir une enquête sur les crimes qui auraient été commis au Kenya dans le cadre des violences postélectorales de 2007-2008. Cette situation est la première pour laquelle le Procureur de la CPI cherche à ouvrir une enquête proprio motu, c’est-à-dire de sa propre initiative conformément à l’article 15 du Statut de Rome. lire la suite

La Coalition internationale pour la Cour pénale internationale lance un nouveau Conseil consultatif sous la présidence de Kofi Annan

La Coalition internationale pour la Cour pénale internationale dont la CFCPI est membre, annonce la mise en place d’un nouveau Conseil consultatif. Ce Conseil consultatif sera composé d’un groupe de leaders mondiaux et de personnalités , qui agiront collectivement pour la cause de la justice internationale et qui fourniront des informations stratégiques sur des questions clés. Kofi Annan, ancien Secrétaire général des Nations Unies et lauréat du prix Nobel siégera en tant que Président du Conseil consultatif. lire la suite

Audience de Confirmation des Charges dans l’Affaire Abu Garda

Du 19 au 30 octobre 2009, l’audience de confirmation des Charges à l’encontre de M. Bahr Idriss Abu Garda, Chef rebelle du Darfour, s’est déroulée devant les juges de la Chambre Préliminaire I de la Cour pénale internationale (CPI). lire la suite

Question écrite de Thierry Mariani au Gouvernement sur la mise en conformité du droit pénal français avec le Statut de Rome

Par une question écrite publiée au Journal Officiel le 1er décembre, Thierry Mariani, rapporteur du projet de loi pour la Commission des Lois interroge le Gouvernement sur la mise en conformité du droit pénal français avec le Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI). lire la suite

L’Assemblée des États Parties achève les travaux de sa huitième session

Le 26 novembre 2009, l’Assemblée des États Parties au Statut de Rome de la Cour pénale internationale a adopté des résolutions sur la Conférence de révision du Statut de Rome qui se tiendra à Kampala en Ouganda du 31 mai au 11 juin 2010. lire la suite

Un ministre guinéen en visite à la CPI. Le Procureur demande des informations à propos des enquêtes nationales sur les violences survenues le 28 septembre

Le 20 octobre 2009, le Ministre des affaires étrangères de la République de Guinée, M. Alexandre Cécé Loua, s’est entretenu avec des hauts représentants du Bureau du Procureur lors de sa visite à la Cour pénale internationale à La Haye. lire la suite

Réaction à la tribune de M. Kouchner et Mme Alliot-Marie dans Le Monde du 7 janvier 2010 : Il ne suffit pas d’avoir les juges. Il faut encore les lois qui leur permettent d’agir

La Coalition française pour la Cour Pénale Internationale (CFCPI) a pris connaissance de l’annonce par M. Kouchner et Mme Alliot-Marie de la création d’un pôle « génocides et crimes contre l’humanité » au tribunal de grande instance de Paris mais demande au gouvernement de faire en sorte qu’elle s’accompagne du vote de la loi adaptant le droit pénal au Statut de la CPI. lire la suite